www.archive-org-2013.com » ORG » Q » QUARANTE-DEUX

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 1235 . Archive date: 2013-12.

  • Title: John Scalzi : Redshirts au mépris du danger - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: Navigation principale.. herzfeld.. Quarante-Deux : Cosmos privés.. Ellen Herzfeld : Velléitaire et fantasque, un journal à parution kantonpeusuelle.. fr/cp198.. :.. ››.. ›› John Scalzi : Redshirts au mépris du danger.. : Velléitaire et fantasque, un journal à parution kantonpeusuelle.. Charles Stross : the Apocalypse codex.. ↔.. John Gribbin : the Alice encounter.. vendredi 22 février 2013.. John Scalzi : Redshirts au mépris du danger.. Le titre,.. Redshirts.. , fait allusion aux personnages de.. Star Trek.. qui apparaissent pour la première fois dans un épisode et qui sont immanquablement victimes d'un accident, ou qui sont mangés par un monstre ou un autre avant le dénouement.. Ce sont toujours des recrues de fraîche date et leur uniforme comporte une veste rouge qui les rend reconnaissables de loin.. Ici, un groupe de jeunes enseignes arrive sur l'.. Intrépide.. , vaisseau amiral de la flotte de l'Union Universelle et se lient d'amitié.. Il y a Andrew Dahl, ancien séminariste dans une secte extraterrestre dénommée Forshan (!) qu'il a dû quitter à cause d'une guerre entre factions, mais qui est aussi xénobiologiste et linguiste, Maia Duvall, plus ou moins aventurière, le riche héritier Jimmy Hanson, et Finn et Hester, impliqués dans une histoire de drogue que la hiérarchie veut éviter de rendre publique.. Dahl constate rapidement que ses collègues du labo où il est affecté se comportent de façon bizarre.. En particulier, ils s'arrangent systématiquement pour être hors de vue — partis chercher du café, ou en train de faire l'inventaire dans un placard — quand un officier passe par là, de sorte qu'ils ne sont jamais envoyés en mission d'exploration.. Et pour cause, car à chacune de ces excursions, des petits nouveaux se retrouvent immanquablement dans des situations très fâcheuses et il y a toujours au moins un membre peu gradé de l'équipage qui y laisse  ...   est plein de clins d'œil à la SF écrite et en images, par quelqu'un qui connaît très bien le domaine, et de l'intérieur.. Ce n'est pas une parodie mais plutôt un hommage à la SF des séries télé et du cinéma.. Scalzi s'est manifestement amusé follement à montrer les clichés et les faiblesses de nombre de leurs scénarios mais son regard est toujours chaleureux et ses personnages étonnamment crédibles.. On sent qu'il aime ce dont il parle.. L'histoire principale se termine alors qu'il reste encore un cinquième du livre.. Les trois derniers chapitres explorent plus à fond le devenir de quelques personnages apparemment secondaires.. C'est une approche originale que j'ai trouvée particulièrement bien réussie.. Un livre fort agréable et, dirais-je, sympathique.. De la bonne rigolade mais aussi une réflexion plus en profondeur sur la vie, l'univers et le reste.. Oui, quelque part, il m'a fait penser à Douglas Adams, bien que dans un registre tout à fait différent.. Par.. EllenH.. le vendredi 22 février 2013, 11:37 -.. Lectures.. -.. Lien permanent.. Ajouter un commentaire.. Nom ou pseudo :.. Adresse email :.. Site web (facultatif) :.. Commentaire :.. Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.. La discussion continue ailleurs.. URL de rétrolien : http://www.. org/cosmos/herzfeld/index.. php/trackback/198.. Fil des commentaires de ce billet.. Rechercher.. Derniers billets.. Eric Brown : Starship seasons.. John Gribbin : the Alice encounter.. Jeanne-A Debats et Jean-Claude Dunyach : Destination univers.. Catégories.. Lectures.. Photo.. Web.. Général.. Par catégorie.. Accueil.. Archives.. Carnets.. S'abonner.. Fil des billets.. Fil des commentaires.. En librairie.. de Greg Egan.. Informations générales.. Ellen Herzfeld, entrée de carnet : John Scalzi : Redshirts au mépris du danger.. 23 décembre 2013.. php/post/2013/02/22/John-Scalzi-Redshirts-au-mepris-du-danger.. Propulsé par.. Dotclear.. Plan du site.. catalogue bibliographique partiel de la bibliothèque de.. en français de Quarante-Deux.. Greg Egan..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/post/2013/02/22/John-Scalzi-Redshirts-au-mepris-du-danger
    Open archive

  • Title: Charles Stross : the Apocalypse codex - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: fr/cp189.. ›› Charles Stross : the Apocalypse codex.. Jeanne-A Debats et Jean-Claude Dunyach :.. John Scalzi : Redshirts au mépris du danger.. samedi 22 décembre 2012.. Voici donc le quatrième roman de la série (après.. le Bureau des atrocités.. Jennifer Morgue.. et.. the Fuller memorandum.. ) qui mélange allègrement la SF, le roman d'espionnage, la.. Fantasy.. (du fait de l'existence de magie, de sorts, de “charme”, de conjurations) et l'Horreur.. Cette fois, le héros, Bob Howard, se trouve en passe d'avoir de la promotion dans son administration secrète.. Mais, pour le mettre à l'épreuve, il est transféré dans un autre département, celui des Ressources extérieures.. Celui-ci travaille apparemment avec des collaborateurs indépendants, ici Persephone Hazard aux nombreux talents, et Johnny McTavish, élevé dans une secte bizarre plus ou moins chrétienne, qu'il a quittée dès qu'il a pu.. Howard a pour mission de les surveiller et de les aider si nécessaire, alors qu'ils partent pour Denver aux États-Unis dans le but d'enquêter sur un évangéliste américain, Ray Schiller, qui semble vouloir infiltrer les hautes sphères politiques du Royaume-Uni.. Schiller, véritable gourou qui monte, est en contact avec les dieux/démons/monstres lovecraftiens qui vivent dans des univers parallèles et qui sont la raison d'être du service secret pour lequel Howard travaille.. Il s'est donné comme objectif de “sauver”, au sens biblique du terme,  ...   en décrivant les tribulations de son héros dans son service, certes secret mais tout aussi, sinon plus, bureaucratique que les autres.. Cette fois, il continue sur le même thème, bien que nettement moins qu'avant, et il explique, en compensation, que tout ça sert en fait à quelque chose.. C'est fort bien vu, à mon avis.. Il se laisse par contre aller à exprimer crûment son avis (fort négatif) sur la secte en question mais aussi sur la religion en général.. Ce qui donne quelques passages croustillants et je dirais même osés, dans le genre blasphématoire.. Courageux, l'auteur….. Il y a, comme toujours, plein de blagues et de références pour le lecteur initié au jargon informatique.. Ça ajoute au plaisir quand on les saisit, sans que ce soit indispensable si ça passe au-dessus de la tête.. Bien qu'il s'agisse d'histoires indépendantes les unes des autres, les épisodes de cette série s'enchaînent et approfondissent les personnages et la société décrite de sorte qu'il est fortement conseillé de commencer au début et non pas n'importe où pour pouvoir comprendre et apprécier ce qui se passe.. Les quelques dernières pages laissent entrevoir, sans le moindre doute, de nouvelles aventures, que j'attends avec plaisir.. le samedi 22 décembre 2012, 17:26 -.. php/trackback/189.. Ellen Herzfeld, entrée de carnet : Charles Stross : the Apocalypse codex.. php/post/2012/12/22/Charles-Stross-the-Apocalypse-codex..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/post/2012/12/22/Charles-Stross-the-Apocalypse-codex
    Open archive

  • Title: Jeanne-A Debats et Jean-Claude Dunyach : Destination univers - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: fr/cp185.. ›› Jeanne-A Debats et Jean-Claude Dunyach : Destination univers.. Nancy Kress : After the Fall, before the Fall,.. Charles Stross : the Apocalypse codex.. samedi 6 octobre 2012.. Une fois n'est pas coutume, j'ai lu un livre en français.. Il s'agit de l'anthologie.. Destination univers.. et je peux dire que c'est de la Science-Fiction pur jus.. Des textes très “classiques” et d'autres plus osés, pour un ensemble finalement assez cohérent et solide.. Certes, tout ne m'a pas plu, mais je reconnais que dans ce cas, c'est plus une question de goût personnel que de qualité des textes.. Lors de la lecture, j'ai jeté sur le papier… euh, sur l'écran, quelques impressions à chaud après chaque nouvelle.. Je vous les livre ici, quasi brut de fonderie.. Thomas Geha : les Tiges.. Les Humains ne sont plus que des instruments dans une guerre qui oppose Tiges et Ailaidarlis.. Pas mal, mais un peu confus au début et quelques phrases mal foutues.. L'histoire m'a paru un peu “basique” et manquant de subtilité.. Il s'agit d'une guerre dans l'espace, somme toute parfaitement classique, mais il y a heureusement des extraterrestres végétaux assez originaux et que l'auteur s'évertue avec un certain succès à rendre “autres”.. Ils m'ont fait penser — de ma part, c'est un compliment — aux "Vignes" qu'on trouve dans deux romans de Nancy Kress.. En fait, cette nouvelle se passe dans l'univers du roman.. la Guerre des Chiffonneurs.. que je n'ai pas lu et cette lacune explique peut-être mon impression de manque d'épaisseur et de profondeur.. Anthony Boulanger : Évaporation et sublimation.. Du grandiose au-delà du cosmique.. Des oiseaux de feu gigantesques qui vivent dans les étoiles et s'en nourrissent.. Ce qui n'arrange pas les affaires des Humains, qui sont moins que des fourmis en comparaison, et dont les lieux de vie sont balayés sans que les êtres immenses s'en aperçoivent même.. Les hommes se rebiffent, et comme ça se passe dans un avenir lointain, ils ont les moyens de contrer ces bestioles.. Mais comme ils n'ont rien compris à ce qui se passait vraiment, le résultat final est l'anéantissement de tous les protagonistes.. Un exercice de style impressionnant, avec une dimension plus poétique qu'astronomique, parfois carrément biblique.. , mais il n'aurait pas fallu que la nouvelle soit plus longue car l'élément “humain” est réduit à peu de chose, et mon.. sense of wonder.. était sur le bord de.. l'overdose.. Célia Deiana : le Bal des méduses.. Pas mal.. Un enfant s'est introduit clandestinement dans un vaisseau, a été pris et mis en prison, où sa situation s'avère être bien meilleure que sur sa colonie d'origine.. Puis tout bascule, et il comprend que le vaisseau a été attaqué.. Il trouve un survivant, un apprenti Vogueur, Humain comme lui, venu là pour accomplir un voyage initiatique dans l'espace.. Il prend finalement la place du Vogueur et part on ne sait où faire on ne sait quoi.. Les chapitres sont entrecoupés de textes qui semblent être les pensées de quelqu'un.. qui ? Sur le coup, je n'ai pas compris.. Peut-être le jeune Vogueur ou son remplaçant.. Ce n'est pas clair.. Mais le texte n'est pas mal écrit, avec de l'ambiance, et le point de vue de l'enfant est intéressant et bien réalisé.. Anne Fakhouri : Sleeping Beauty.. Olbomce est un génie en bioélectronique, et son jeune fils idem.. Il a choisi, après une vie agitée, de rester désormais loin de tout, dans son vaisseau.. Sleeping Beauty.. , avec son fils comme seul compagnon.. On apprend petit à petit des choses sur son passé, sur l'univers compliqué et violent où il vit, la traîtrise (?) de son ex-femme, sa relation avec une de ses créatures, biodroïde presque (et peut-être complètement) humaine.. En fait, cette nouvelle me donne l'impression d'être le résumé d'un roman où toute cette complexité aurait de la place pour s'épanouir.. Manifestement, l'auteur a du répondant, mais en l'état, je n'ai pas trouvé le texte abouti.. Olivier Gechter : le Gambit de Hunger.. Amy, chasseuse de prime, arrive à capturer Hunger, pirate extrêmement dangereux et habile.. Mais le temps de le ramener sur une planète où elle pourra le remettre à la police et toucher sa prime, le prisonnier réussit à prendre le contrôle de son cerveau.. L'histoire est racontée en alternance par l'IA du vaisseau et à la troisième personne du point de vue d'Amy.. Curieusement je n'ai pas aimé du tout et je n'arrive pas à mettre le doigt sur la raison.. J'ai vu  ...   couleur sur leur surface.. Deux d'entre eux se mettent en tête de rencontrer les “dieux bruyants” pour apprendre ce qu'ils peuvent auprès d'eux.. Et ce malgré les histoires que racontent les différents clans sur le non retour de ceux qui ont suivi ce chemin.. La première partie de la rencontre se passe plutôt bien car, par chance, ils tombent sur Alexis, qui ne leur veut pas de mal et qui a, de plus, un appareil pour communiquer avec eux.. Il est employé par une corporation alors qu'en fait c'est un espion d'une autre.. mais en réalité, c'est un membre d'une secte qui cherche son (ou ses) messie(s).. Puis ça tourne mal à cause d'un groupe d'enfants qui passe près d'eux par hasard et l'un des Pilas est tué.. Alexis va alors renier les Hommes et trahir ses coreligionnaires pour sauver la civilisation des Pilas.. L'histoire est un peu simpliste et comporte trop d'explications et pas assez d'action mais j'ai surtout eu l'impression que Genefort avait besoin de plus de place pour développer ses récits.. Quoi qu'il en soit, il en sort fort sympathique à titre personnel.. Olivier Paquet : le Khan Mergen.. Une planète habitée par des Mongols qui vivent dans des villes nomades qui sillonnent la plaine sur des pattes mécaniques, avec la ville entière sur son dos.. Relents du.. Monde inverti.. Tout le monde est sous l'influence d'un "conditionnement culturel" qui les rend dociles et qui leur impose un mode de vie bien réglé, avec des tas d'interdits et d'obligations — une forme de religion en quelque sorte.. Une partie de ce conditionnement consiste à ne rien savoir de l'espace et des autres mondes de l'Expansion de l'Humanité.. Certains, très rares, arrivent à transcender le conditionnement et à se faire accepter comme élève à bord du.. Melkine.. , vaisseau d'exploration à vocation scientifique, si j'ai bien compris.. Kushi est justement un de ceux-là.. Il revient, après huit ou quinze ans d'absence, selon son référentiel, sur la planète Aral, à Oulan-Bator, sa ville natale, pour voir ce qui se passe avec une nouvelle recrue qui est censée partir sur le.. Il apprend qu'il n'y a personne en attente de départ et que l'autre ancien du.. , Eustache, qui a été son maître, est mort.. C'est une histoire compliquée, et pour cause, car ce texte fait partie d'un cycle, avec une trilogie en préparation.. Cela dit, je n'ai pas été enthousiasmée par cette nouvelle que l'auteur présente peut-être comme "hors-d'œuvre", avant le plat principal à venir.. J'ai trouvé les gens et l'histoire trop artificiels, le style poussif avec parfois des phrases incompréhensibles (pour moi du moins).. Je sens aussi (à tort ou à raison) qu'en arrière-plan — dans le monde de la future trilogie — l'histoire doit surtout tourner autour de luttes de pouvoir et d'intrigues de palais.. Ce n'est pas le genre de texte que je préfère.. ellen.. le samedi 6 octobre 2012, 16:09 -.. Commentaires.. 1.. roger.. — à 18:19, le dimanche 23 juin 2013.. Je ne suis pas d'accord sur le texte de Paquet.. Je trouve que c'est un univers saisi dans ses contradictions, et qui de plus se situe ailleurs que dans les chromos habituels.. L'opposition entre les deux mondes est classique mais correcte.. En fait plus qu'une nouvelle (réussie) c'est le début d'un roman (à suivre) et dont on peut craindre le côté apprentissage du héros.. Mais la nouvelle ou le prégénérique est attachant.. Donnons lui sa chance.. 2.. — à 18:53, le dimanche 23 juin 2013.. @roger.. Je n'ai pas dit que la nouvelle était "mauvaise", mais qu'elle présageait un (ou plusieurs) roman, possiblement très bien, mais qui risquent de ne pas correspondre à mes goûts.. Mes notes de lectures ne sont pas à prendre comme des “critiques littéraires” mais comme des commentaires très personnels et à chaud.. Le risque d'être mal comprise par des gens que je connais explique ma réticence à écrire ici sur autre chose que des textes anglo-saxons, souvent non traduits quand j'en parle.. Sauf, bien entendu, quand j'ai beaucoup aimé.. Mais même dans ce cas, j'ai l'impression que j'arrive souvent après la bataille et que d'autres ont déjà largement commenté les textes en question.. C'était le cas de ´Points chauds´ de Laurent Genefort, et ´Vestiges´ de Laurence Sunher, deux romans qui m'ont bien plus mais sur lesquels je n'ai rien écrit.. Par flemme aussi, il faut le dire.. php/trackback/185.. Ellen Herzfeld, entrée de carnet : Jeanne-A Debats et Jean-Claude Dunyach : Destination univers.. php/post/2012/10/06/Jeanne-A-Debats-et-Jean-Claude-Dunyach-%3A-Destination-univers..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/post/2012/10/06/Jeanne-A-Debats-et-Jean-Claude-Dunyach-%3A-Destination-univers
    Open archive
  •  

  • Title: Photo - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: Vous êtes ici :.. Catégorie : Photo.. jeudi 25 août 2011.. La Convention francophone de Science-Fiction 2011 à Tilff.. 38.. e.. Convention de SF, Tilff 2011.. Voilà, la 38.. convention nationale de SF est passée.. C'était à Tilff, en Belgique, dans le château Brunsode, à côté de l'auberge de jeunesse.. Un endroit très agréable, dans un grand parc, que je connaissais déjà depuis la convention de 2002.. L'organisateur était, au départ, Alain le Bussy, qui n'en était pas à sa première.. Hélas, le destin n'a pas permis qu'il aille jusqu'au bout de son projet et c'est son fils, Olivier, qui a repris le flambeau.. Ça n'a pas dû être facile mais j'ai l'impression que de nombreux membres du fandom l'ont largement soutenu.. Sans connaître les chiffres, je pense quand même qu'il y avait nettement moins de monde que l'année dernière, à Grenoble.. Était-ce la date, pas tout à fait à la fin du mois, ou le fait que c'était en Belgique, donc un peu loin pour les sudistes ? Mystère.. En tout cas, pour moi, la date était idéale et la situation géographique aussi (au nord de la Loire).. Cela n'a pas empêché Bridget Wilkinson de venir de sa lointaine patrie britannique.. Voilà une fanne (ça de dit ?) qui m'épate.. Elle sillonne l'Europe depuis des années pour participer à pratiquement toutes les manifestations de SF importantes (en particulier les EuroCon).. Rien ne l'arrête, ni les difficultés linguistiques (elle parle quand même un peu le français) ni les problèmes physiques (là elle marchait avec une canne du fait d'un accident, survenu d'ailleurs en Pologne !).. Chapeau.. Nous sommes arrivés le vendredi vers midi et nous avons donc raté le terrible orage de la veille qui a laissé place à du beau temps pour les deux jours suivants.. Ce qui a permis de se balader un peu et de flâner à l'extérieur.. Nous avons cependant pris tous les repas sur place, sans avoir été tentés d'aller explorer les restaurants de la ville.. C'est toujours un peu aléatoire pour nous, en tant que végétariens, mais là il y avait suffisamment de choix pour que nous trouvions de quoi mettre dans notre assiette.. J'ai malheureusement raté les traditionnels jeux organisés par Raymond Milési.. Dommage.. En fait, du moins pour ce que j'ai pu constater, il n'y avait jamais d'annonce très claire (avec suffisamment de décibels) lorsque quelque chose commençait à l'étage et c'était donc facile de continuer à papoter sans se rendre compte de rien.. La prochaine fois, je ferai plus attention.. J'ai quand même pu assister à quelques conférences.. Celle de Carole Ecoffet sur les "ondes" (je ne me souviens plus du titre exact).. C'était intéressant et elle a manifestement l'habitude d'essayer d'expliquer des concepts scientifiques à des enfants ou des personnes qui ont oublié tout ce qu'ils ont appris à l'école (ou qui n'ont rien appris car ils dormaient près du radiateur).. Aussi celle de Sara Doke sur la traduction.. Je n'imaginais pas Sara si timide et troublée de parler en public.. Pourtant les gens présents étaient sympas et l'ambiance détendue.. Je suppose que ça ne se commande pas.. L'éternelle question du degré d'adaptation de l'œuvre originale que peut (ou doit) se permettre un traducteur a été discutée.. Apparemment, la réponse c'est “c'est selon”.. On n'est guère surpris.. Je suis passée à l'assemblée générale d'Infini, en fait juste pour prendre quelques photos, mais je suis restée un peu pour assister aux “débats”, si l'on peut dire.. Moi, j'ai l'habitude de ce genre de réunion mais je me demande bien ce que peuvent penser des personnes qui débarquent en toute innocence pour la première fois.. Si on ne sait pas déjà pourquoi on est là, on ne risque pas de l'apprendre sur place.. Tiens, j'en profite pour informer ceux qui ne le savent pas encore, le prix Infini a changé de nom : c'est maintenant le prix Alain le Bussy.. Il y a eu, comme il se doit, le vote pour le lieu de la convention dans deux ans.. Et comme pratiquement chaque fois, il n'y avait qu'un seul candidat, donc peu de suspense, mais avec, cette année, une présentation avec photos.. C'est donc Aubenas qui a gagné haut la main.. Un peu trop au sud à mon goût, et les dates ne sont pas fixées car elles dépendent de la date de la rentrée scolaire 2013, actuellement inconnue.. C'est encore loin….. Comme d'habitude pour nous, l'intérêt principal de cette convention a été de revoir les vieux copains et de faire de nouvelles connaissances.. Et aussi revoir certains jeunes fans qui commencent à venir régulièrement aux manifestations SF.. Ça fait plaisir de constater qu'il y a une relève et que les conventions ne deviennent pas seulement un lieu de rencontre entre anciens combattants.. Nous sommes rentrés dimanche, complètement épuisés.. On se demande bien pourquoi, sauf si c'est l'âge.. J'ai trié les photos et je les ai mises sur.. Picasa.. Il y en a bien moins que l'année dernière, et j'ai fait bien moins de portraits.. Il en reste au final soixante-sept sur les deux cent cinquante prises.. Prochaine convention l'année prochaine à Semoy, près d'Orléans.. le jeudi 25 août 2011, 13:53.. un commentaire.. aucun rétrolien.. samedi 11 septembre 2010.. La rentrée des petits éditeurs de l'Imaginaire 2010.. Salon des petits éditeurs de l'Imaginaire 2010.. Aujourd'hui, se tenait, dans le parc des Buttes Chaumont, la rentrée des petits éditeurs de l'Imaginaire.. Un salon de petite dimension dans un cadre très agréable (juste à côté du Pavillon du lac) où nous avons pu acheter quelques livres (et récupérer directement ceux déjà commandés).. C'était comme toujours un lieu de bavardage, de discussions et parfois de rigolades.. J'ai eu le plaisir de pouvoir converser en anglais un moment avec Laurent Whale.. J'ai si rarement l'occasion de dérouiller mon anglais parlé qu'il n'y échappera dorénavant pas.. J'ai pris quelques photos (en tyrannisant parfois les récalcitrants) que vous pouvez voir soit sur.. , soit sur.. Flickr.. , au choix, car je n'ai pas encore décidé lequel je préfère.. En fait je n'aime vraiment ni l'un ni l'autre, mais je n'ai pas le temps de m'occuper de monter ma propre galerie photo sur le site en ce moment.. Et puis, ces lieux de partage de photos sont à la mode, alors soyons moderne, allons dans le.. cloud.. ….. Sur les conseils d'une personne avec qui j'ai discuté au Salon mais dont je ne connais pas le nom (il se reconnaîtra s'il lit ceci), j'ai fait un essai avec les photos au format carré.. Ce n'est pas mal du tout, surtout pour les portraits, mais dans certains cas cela ne convient vraiment pas ; il y en a donc quelques-unes en 2x3.. Ça fait désordre, je sais, mais c'est comme ça….. le samedi 11 septembre 2010, 21:56.. 2 commentaires.. mercredi 1 septembre 2010.. La Convention nationale de Science-Fiction à Grenoble.. 37.. convention de Science-Fiction, Grenoble 2010.. Cette année, la 37.. convention nationale française de Science-Fiction (et la première de.. ) se tenait à Grenoble (en fait à Saint-Martin-d'Hères), du 26 au 29 août 2010, sur le campus de l'université, à l'Espace Vie Étudiante.. Voilà de quoi en rajeunir certains, dont moi.. Le lieu était agréable et, contrairement à ce qu'on pourrait penser au premier abord, très bien adapté à ce genre de manifestations (surtout quand il fait beau, ce qui a été le cas).. Pas trop grand, pas trop petit, bien isolé et loin de tout, de sorte qu'une fois sur place, on y reste.. Pas de restaurant à proximité, donc tout le monde reste là pour les repas en commun ce qui est particulièrement bien pour discuter avec les vieilles connaissances et rencontrer les nouveaux ou moins nouveaux mais qu'on connaît peu.. Car finalement, le but d'une convention, en ce qui nous concerne, c'est presque uniquement ça.. Je dis “presque” car il y a quand même un programme.. Celui de cette année était loin d'être chargé (mais de qualité) de sorte que si le temps imparti était un peu dépassé on ne risquait pas de manquer la conférence suivante.. Aucun déchirement entre deux sujets simultanés non plus.. Félicitations aux courageux organisateurs, à qui il n'a pas été épargné de subir la défection de dernière minute de certains invités.. J'espère pour leur karma qu'ils avaient de bonnes raisons.. Les “trous” ainsi produits ont été comblés sans que ça se voit.. De toute façon, aucun problème de programme ne pourra jamais rivaliser avec le sommet atteint lors de la convention de Paris de 1988… dont je garde de très bons souvenirs (les mauvais, je les oublie rapidement).. Il y a même eu des activités non programmées : Raymond Milési a animé le jeu traditionnel (qui doit avoir un nom, mais il m'échappe) bien qu'il n'ait rien préparé.. Il avait quand même amené les documents des années précédentes ce qui  ...   Convention de Lodève, 1999.. Il y a.. un mois.. , j'avais annoncé la présentation de quelques informations EXIF avec les photos.. Finalement j'ai changé d'avis — ce n'est pas pour rien que j'ai choisi le titre de ce carnet — car en fait je me suis aperçu que ça ne m'amuse pas vraiment.. En fait, je pense qu'il faut soit présenter beaucoup plus d'informations pour l'amateur qui s'intéresse à ces choses, soit rien du tout.. J'ai choisi.. La seule donnée utile dans la galerie est la date de la prise en vue, que j'ai maintenue.. Elle n'apparaît, je le rappelle, que sur les photos prises avec un appareil numérique.. Depuis.. mon billet annoncant la mise en place.. de la galerie sur la convention de 1999 à Lodève, j'ai réalisé que, si effectivement j'avais pris un certain nombre de photos avec mon appareil numérique, j'en avais pris aussi et de bien meilleures avec mon ancien reflex Minolta argentique.. Et toutes ces photos ont été depuis longtemps transférées sur Photo CD.. J'ai donc fait un nouveau tri et, après un passage par Photoshop, les voici intégrées dans la.. en question.. Il y a maintenant près de soixante photos de cette convention.. J'en ai même trouvé une "convenable" de Jean-Claude Dunyach en.. vahiné.. , moment inoubliable.. Addendum le 5 août 2010 :.. les photos sont maintenant sur Picasa.. le mardi 14 juin 2005, 19:30.. dimanche 22 mai 2005.. Souvenir d'octobre 1999.. Christopher Priest, 1999.. Je continue le tri dans les centaines de photos pas terribles prises entre 1998 et 2005.. Là j'ai retenu quelques souvenirs d'une soirée en octobre 1999, le 28 si j'en crois la date des photos.. Christopher Priest était à Paris pour la sortie de son livre (la novellisation du film.. eXistenZ.. ) et une librairie a organisé une après-midi de signatures avec quelques autres auteurs (Pierre Stolze, Philippe Curval, Pierre Pelot, qu'on voit sur les photos).. Le soir, il y a eu un dîner mais je ne me souviens plus de l'endroit exact.. D'ailleurs, je ne sais même plus quelle librairie a organisé le tout.. Christopher Priest a écrit de très beaux livres (.. le Monde inverti.. parmi les meilleurs de ses anciens textes, et.. le Prestige.. parmi les plus récents), mais l'auteur lui-même énerve un peu.. Il s'obstine à dire qu'il n'écrit pas de la Science-Fiction mais des romans tout court.. On pourrait disserter longtemps sur ce qui pousse un auteur à avoir ce comportement, et peut-être lui trouver des excuses, mais moi, ça me défrise, surtout quand il dit ça entouré de gens qui se réclament ouvertement du genre.. Enfin, il a au moins retrouvé sa vieille copine Marianne Leconte, le temps d'une soirée, même s'il a été obligé de se coltiner des mangeurs d'escargots (« I don't eat snails ! » a-t-il dit à un moment donné).. Je me souviens de cette remarque, mais absolument pas du menu.. Une anecdote plus marrante : il a eu connaissance d'un télévangéliste américain qui se faisait appeler Christopher Priest, alors que ce n'était pas son vrai nom (contrairement à notre auteur).. Comme cette situation le dérangeait un peu et risquait d'être à l'origine de situations fâcheuses voire même de lui porter tort, il a pris contact avec la personne et lui a demandé pour quelle raison elle avait choisi ce pseudonyme-là.. Il s'attendait à des explications plus ou moins fumeuses, mais l'autre n'a pas avancé autre chose que « Well… it's kinda cool ».. En effet.. rien à dire.. Dans la catégorie "sens de l'humour britannique", pendant ce repas, quelqu'un a fait remarquer que Thomas M.. Disch avait écrit un livre dont le titre était.. The Priest.. Et de demander à l'invité d'honneur de la soirée s'il envisageait donc d'écrire un livre portant comme titre.. The Dish.. Pas un sourire, mais un « No ! » renfrogné.. Moi, j'avais trouvé ça drôle.. Ah, oui, sur les photos, Spot, c'est le chien d'Aline Béguin.. Très chouette chien, Spot.. Le petit chien blanc qui a pris le flash dans les yeux c'est Mæra.. qu'on voit beaucoup dans la galerie Titous.. le dimanche 22 mai 2005, 19:31.. lundi 9 mai 2005.. Apparition de l'EXIF et du c.. Une petite amélioration est en place.. Maintenant, si la photo contient de l'information EXIF (des données ajoutées par l'appareil lors de la prise de l'image : date, heure, réglages utilisés, etc.. ), je peux les afficher sous la photo.. J'ai limité à quelques données qui me paraissent avoir un intérêt.. Je précise que seules les photos prises avec un appareil relativement récent contiennent ces informations.. Bon, je suppose que la très grande majorité des visiteurs s'en moquent complètement mais comme moi, ça m'amuse, c'est l'essentiel.. Roland C.. Wagner m'a fait remarquer je j'avais écrit le nom de sa fille avec un "s" alors que c'est un "c" : Natacha.. Je ne savais pas qu'il y avait deux orthographes possibles.. Pour s'en souvenir, penser aux chats que Roland aime bien.. Voir la mise à jour du.. 14 juin.. le lundi 9 mai 2005, 18:57.. samedi 30 avril 2005.. Suite de l'installation de la galerie photo : Lodève.. J'ai pratiquement terminé l'installation de la galerie photos.. Je peux maintenant mettre un titre relativement court sous chaque image.. Il faut être bref, sinon ça déborde du cadre de la miniature.. Donc soyons bref.. Je n'aime pas mettre le nom des gens sans les prénoms mais s'ils sont plus de deux ou trois, je n'aurai pas le choix.. Ensuite, j'ai commencé à trier un peu les photos numériques, en commençant avec les plus anciennes, c'est-à-dire à partir de septembre 1998, date de l'achat du Canon PowerShot 5.. L'été suivant en août 1999, nous sommes allés à Lodève pour la Convention de Science-Fiction, organisée par Claude Ecken.. J'en garde un bon souvenir.. Il faisait beau et, bien sûr, trop chaud.. J'ai pris pas mal de photos mais je les trouve dans l'ensemble assez moches.. J'en ai.. trié quelques-unes.. prises avec l'appareil numérique qui passent à peu près.. Ce n'est pas de l'art, mais bon, on fait avec ce qu'on a.. Il y en a que j'hésite à mettre : Alain le Bussy qui enlève sa chemise pour passer un tee-shirt lors de la vente aux enchères, Jean-Claude Dunyach dans son sketch de vahiné (celles-là, elles sont pratiquement toutes ratées de toute façon).. Finalement les meilleurs sont celles des paysages.. 14 juin 2005.. dans le cadre du passage à Dotclear 2 et de la modification de la présentation du site, j'ai transféré toutes les photos sur Picasa, donc les limitations mentionnées ci-dessus n'existent plus.. le samedi 30 avril 2005, 18:22.. dimanche 24 avril 2005.. Le retour.. Après quatre mois hors ligne, voici le retour du carnet.. J'ai réussi à installer la Galerie photos (avec le plugin Gallery, merci aux auteurs).. L'idée est de mettre en ligne un extrait des quelques centaines de photos que j'ai prises au fil des ans, surtout à l'occasion de manifestations dans le milieu de la Science-Fiction.. Pour installer la Galerie, j'ai préparé, vite fait, quelques photos prises à Nogent-sur-Oise en 2004 et 2005.. En 2004, j'avais encore mon vieux Canon PowerShot A5, acheté au tout début des appareils numériques.. Pas de zoom et seulement 800000 pixels.. C'était le top à l'époque, mais aujourd'hui ce n'est même plus revendable ; pire, ce n'est pas donnable.. Maintenant, j'ai un beau Panasonic Lumix que je ne connais pas encore très bien.. Et de plus, on ne sort plus beaucoup alors les occasions de prendre des photos intéressantes sont réduites.. Mais j'ai du stock pour un moment.. Une sorte de rétrospective.. Je n'ai pas résisté à faire une section "Perso".. Pas grand intérêt en dehors des intimes, mais bon, pourquoi pas.. Le but c'est de s'amuser, non ?.. La mise en place n'est pas terminée, mais le plus gros est fait.. le dimanche 24 avril 2005, 19:40.. vendredi 1 avril 2005.. Suite de l'essai avec photos.. Si l'image est trop large le résutat n'est pas terrible.. J'ai essayé et je l'ai enlevée.. Avec une photo plus étroite (350 pixels de large), c'est acceptable.. Encore un toutou.. le vendredi 1 avril 2005, 20:21.. mardi 29 mars 2005.. Et pourquoi pas des photos.. Finalement, je vais peut-être trouver une utilité à avoir un blog : pour mettre des photos.. Je ne sais pas encore ni comment ni avec quoi mais j'ai deux plugins possibles avec DotClear.. Je vais d'abord essayer Gallery.. Mais en premier je vais déjà voir ce que donne une photo bêtement dans un billet.. Donc voici un très joli toutou :.. En grand, ça ne va pas.. En plus petit c'est bien, mais c'est pas mal de prévoir un lien vers une image plus grande.. Un peu compliqué pour le bloggeur de base, je crains.. le mardi 29 mars 2005, 19:27.. Ellen Herzfeld, entrée de carnet :.. php/category/Photo..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/category/Photo
    Open archive

  • Title: Web - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: Catégorie : Web.. lundi 6 décembre 2004.. Paternoster dans la Galerie.. La mise en ligne des illustrations de Jackie Paternoster et l'évolution du site.. Lire la suite.. le lundi 6 décembre 2004, 19:32.. dimanche 28 novembre 2004.. La suite de l'installation.. On pense que c'est fini, et ça dure encore deux jours….. le dimanche 28 novembre 2004, 18:50.. vendredi 26 novembre 2004.. C'est parti.. Voilà, j'ai installé DotClear sur le site de Quarante-Deux.. Ça a pris du temps mais je ne suis pas une rapide.. D'abord, il a fallu choisir le blog.. Très vite, mon choix s'est restreint à TextPattern,.. WordPress.. DotClear.. J'ai lu des comparatifs sur les blogs “anglo-saxons” et j'ai eu l'impression que TextPattern, tout en étant bien, demandait de mettre les mains dans le cambouis.. Comme je n'ai pas trop le temps, je n'ai pas essayé.. J'ai installé  ...   Toujours le problème du temps.. Enfin, j'ai regardé DotClear.. Séduction immédiate.. Le seul inconvénient c'est qu'il ne gère pas (encore) les blogs multiples.. Il faut faire une installation séparée pour chaque.. Je suppose que, à partir d'un certain nombre, cela devient impossible, mais je n'aurai jamais besoin de plus de cinq ou six installations.. J'en ai déjà mis quatre sans problème particulier.. Le plus long a été de modifier le thème par défaut pour l'intégrer au site existant.. Je pense en avoir fait 90 %.. Il y a des choses que je n'ai pas vues, comme les trackbacks.. Il a fallu modifier le fichier template.. php et quelques autres, et faire la feuille de style.. Tout ça en attendant la prochaine refonte du "look" qui ne saurait tarder.. Enfin, avec la lenteur habituelle, bien sûr.. le vendredi 26 novembre 2004, 14:37.. php/category/Web..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/category/Web
    Open archive

  • Title: Général - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: Catégorie : Général.. samedi 25 décembre 2004.. Le crypto-blog.. Finalement, je viens de mettre mon blog hors-ligne.. Il est toujours sur le serveur et, si on connaît l'url, on peut toujours le lire.. Mais j'ai eu le sentiment que cela n'avait pas de sens d'avoir un blog quand on ne l'alimentait pas régulièrement et surtout, quand on n'avait pas grand-chose à dire.. Peut-être est-ce le fait qu'il soit sur le site de Quarante-Deux et qu'il est censé être un tant soit peu à propos de SF.. Car autant j'ai envie de lire de la SF autant je n'ai pas beaucoup envie d'en parler (ou d'écrire à son sujet.. ).. Peut-être est-ce le fait qu'en ce moment je lis  ...   quelques mots.. Si c'est le cas, je pourrais toujours le proposer à KWS, ou me faire inviter sur un autre blog ;-).. J'ai tenu un journal intime à plusieurs reprises dans ma vie, et peut-être que c'est cela dont j'ai envie.. Mais le mettre en public ? Il y a aussi le fait que le domaine où j'aurais effectivement des choses à dire, c'est le boulot et ce qui tourne autour.. Mais là, pour le blog, c'est plus que hors sujet.. Donc, il ne reste pas grand-chose.. Et le voici donc devenu "crypto-blog".. le samedi 25 décembre 2004, 19:39.. dimanche 12 décembre 2004.. La feuille blanche.. Pourquoi ces carnets, pourquoi ce carnet.. le dimanche 12 décembre 2004, 18:51.. php/category/General..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/category/General
    Open archive

  • Title: Table des matières - Par catégorie - Ellen Herzfeld
    Descriptive info: Table des matières par catégorie.. Cliquez ou touchez le nom de chacun des groupes pour afficher ou cacher la liste des billets.. mardi 9 avril 2013.. lundi 11 mars 2013.. vendredi 22 février 2013.. samedi 22 décembre 2012.. samedi 6 octobre 2012.. Nancy Kress : After the Fall, before the Fall, during the Fall.. mercredi 30 mai 2012.. Michael Flynn : In the lion's mouth.. mercredi 23 mai 2012.. Stephen Baxter : Évolution.. samedi 28 avril 2012.. Jack McDevitt : Firebird.. samedi 21 janvier 2012.. Paul McAuley : la Guerre tranquille (the Quiet war).. dimanche 20 novembre 2011.. Robert Charles Wilson : Axis.. dimanche 2 octobre 2011.. Alexander Jablokov : Brain thief.. dimanche 11 septembre 2011.. Stephen Baxter : Starfall.. mardi 19 juillet 2011.. John Gribbin : Timeswitch.. lundi 11 juillet 2011.. Michael Flynn : Up Jim River.. lundi 2 mai 2011.. Charles Yu : How to live safely in a science fictional universe.. dimanche 3 avril 2011.. Jack McDevitt : Echo.. mercredi 2 février 2011.. Hannu Rajaniemi : the Quantum thief.. dimanche 2 janvier 2011.. Ian McDonald : le Fleuve des dieux (River of gods).. lundi 8 novembre 2010.. Alastair Reynolds : the Six directions of space.. dimanche 3 octobre 2010.. Charles Stross : the Fuller memorandum.. lundi 20 septembre 2010.. Paolo Bacigalupi : la Fille automate (the Windup girl).. samedi 18 septembre 2010.. Nancy Kress : Crucible.. samedi 14 août 2010.. Nancy Kress : Feux croisés (Crossfire).. dimanche 4 juillet 2010.. Jack McDevitt : The Devil's eye.. vendredi 4 juin 2010.. Jack McDevitt : Time travelers never die.. jeudi 13 mai 2010.. Stephen Baxter : Resplendent.. jeudi 29 avril 2010.. Stephen Baxter : Transcendance (Transcendent).. samedi 3 avril 2010.. Stephen Baxter : Exultant.. lundi 8 mars 2010.. Stephen Baxter : Coalescence (Coalescent).. Paul Melko : Singularity's ring.. vendredi 14 août 2009.. Neal Stephenson : Anathem.. samedi 1 août 2009.. Cory Doctorow : Little brother.. mercredi 10 juin 2009.. Charles Stross : Saturn's children.. vendredi 5 juin 2009.. Peter Watts : Vision aveugle (Blindsight).. vendredi 10 avril 2009.. Michael Flynn : The January dancer.. lundi 9 mars 2009.. Charles Stross : Aube d'acier (Iron sunrise)..  ...   Baxter : Origine (Origin).. vendredi 26 janvier 2007.. Stephen Baxter : Espace (Space).. samedi 6 janvier 2007.. Stephen Baxter : Temps (Time).. mardi 5 décembre 2006.. Jack McDevitt : Oméga.. mardi 15 août 2006.. Jack McDevitt : Chindi.. vendredi 28 juillet 2006.. Jack McDevitt : Deepsix.. Jack McDevitt : les Machines de Dieu (the Engines of God).. dimanche 25 juin 2006.. Jack McDevitt : Seeker.. Jack McDevitt : Polaris.. lundi 1 mai 2006.. Elizabeth Moon : la Vitesse de l'obscurité (the Speed of dark).. vendredi 17 mars 2006.. Nancy Kress : cycle de la “Probabilité” (Probability).. vendredi 16 décembre 2005.. Jack McDevitt : a Talent for war.. mercredi 26 octobre 2005.. Nancy Kress : Oaths and miracles.. dimanche 25 septembre 2005.. Nancy Kress : les Hommes dénaturés (Maximum light).. vendredi 16 septembre 2005.. Robert Charles Wilson : Spin.. samedi 27 août 2005.. Charles Stross : le Bureau des atrocités (the Atrocity archives).. dimanche 21 août 2005.. John C.. Wright : l'Œcumène d'or, le Phénix exultant, la Haute transcendance (the Golden Age).. dimanche 7 août 2005.. Relire les Fleuve Noir ?.. lundi 30 mai 2005.. Photo.. La Convention francophone de Science-Fiction 2011 à Tilff.. jeudi 25 août 2011.. La rentrée des petits éditeurs de l'Imaginaire 2010.. samedi 11 septembre 2010.. La Convention nationale de Science-Fiction à Grenoble.. mercredi 1 septembre 2010.. Le dixième anniversaire des éditions du Bélial'.. dimanche 11 juin 2006.. Conspiracy, la convention mondiale de 1987.. mercredi 28 septembre 2005.. Les Mureaux, le 24 octobre 1987.. mercredi 15 juin 2005.. Exit EXIF et Lodève bis.. mardi 14 juin 2005.. Souvenir d'octobre 1999.. dimanche 22 mai 2005.. Apparition de l'EXIF et du "c".. lundi 9 mai 2005.. Suite de l'installation de la galerie photo : Lodève.. samedi 30 avril 2005.. Le retour.. dimanche 24 avril 2005.. Suite de l'essai avec photos.. vendredi 1 avril 2005.. Et pourquoi pas des photos.. mardi 29 mars 2005.. Web.. CSS, (X)HTML, blogs, etc.. Paternoster dans la Galerie.. lundi 6 décembre 2004.. La suite de l'installation.. dimanche 28 novembre 2004.. C'est parti.. vendredi 26 novembre 2004.. Général.. Le crypto-blog.. samedi 25 décembre 2004.. La feuille blanche.. dimanche 12 décembre 2004.. php/multitoc/cat..

    Original link path: /cosmos/herzfeld/index.php/multitoc/cat
    Open archive

  • Title: ´Admirations´ par Jacques Bergier | Bibliographie | Quarante-Deux/exliibris
    Descriptive info: Aller au contenu.. |.. Aller à la navigation générale.. Aller au menu.. Aller à la recherche.. Quarante-Deux : e.. xlii.. bris.. catalogue d'une bibliothèque de Science-Fiction.. fr/1k2.. B.. Jacques Bergier.. Admirations.. Index onomastique :.. #.. A.. C.. D.. E.. F.. G.. H.. I.. J.. K.. L.. M.. N.. O.. P.. Q.. R.. S.. T.. U.. V.. W.. X.. Y.. Z.. type, date et langue :.. rédactionnel, recueil critique, 1970, français.. note :.. L'épilogue se termine par une liste de chapitres envisagés pour l'hypothétique.. Admirations II.. qui aurait été consacré à ".. Gustav Meyrink.. ou.. le Gardien de la porte", ".. Clark Ashton Smith.. le Sculpteur de l'invisible", ".. Jorge Luis Borges.. le Labyrinthe", "Eric Temple Bell [.. John Taine.. ].. les Mathématiques de la magie", ".. Fred Hoyle.. le Savant qui rêve", ".. Olaf Stapledon.. le Créateur d'étoiles", ".. Arkady Boris Strougatsky.. [.. Arkadi Strougatski.. Boris Strougatski.. ].. la Difficulté d'être Dieu", ".. Lord Dunsany.. l'Épée  ...   2001), p.. 3, 15‑178.. Précédé d'une note de l'éditeur précisant que le texte originel a été repris dans son intégralité tout en bénéficiant de quelques corrections typographiques, entre autres dans les citations de titres.. Cent quarante-deux notes de bas de page spécifiques à cette édition ont été regroupées en fin d'ouvrage, en tête desquelles l'éditeur remercie.. Joseph Altairac.. Christophe Thill.. pour leur impressionnant travail de mise à jour bibliographique.. En relation.. Articles, préfaces, éditoriaux et postfaces.. [épilogue sans titre].. 1970.. 309‑310.. 176.. une Lueur d'espoir.. 307‑308.. 175.. [prologue sans titre].. 9‑19.. 17‑20.. Patrick Clot.. Jacques Bergier, mythe ou réalité ?.. 2001.. (Jacques Bergier ; l'Œil du Sphinx › la Bibliothèque d'Abdul Alhazred, [2.. 7‑12.. Néo-postface : « Au revoir, monsieur Bergier ».. 181‑185.. dans exliibris.. tout Quarante-Deux.. Navigation.. guide.. contenu.. @exliibris sur Twitter.. Fil des catalogages.. © Quarante-Deux 1994–2054.. — ISBN 978-2-9510042-9-0 —.. Dernière modification :.. 11 août 2013.. (création : 1.. août 2006).. org/exliibris/oeuvres/b/Jacques_Bergier/Admirations.. frxliiAwGeptL1TMEBFSqZfp4BXWGY80v..

    Original link path: /exliibris/oeuvres/b/Jacques_Bergier/Admirations/
    Open archive

  • Title: ´les Démons du Roi-Soleil´ par J. Gregory Keyes | Quarante-Deux/Chroniques de Philippe Curval
    Descriptive info: Philippe Curval : chroniques, entretiens et articles.. fr/mi.. → chronique :.. les Démons du Roi-Soleil.. Index par auteurs :.. A – B.. C – E.. F – K.. L – Q.. R – S.. T – Z.. Divers.. Jacques Bergier :.. essai, 1970.. biblio.. , de Jacques Bergier, vient de reparaître après trente ans d'exil.. J'admire beaucoup plus Bergier que ses admirations.. Si son activité a beaucoup contribué à la naissance de la SF en France, curieusement, plus qu'atteints par un terrible coup de vieux, une grande part des auteurs dont il parle me semblent dénués du sens de la modernité que j'apprécie en Fantastique comme en Science-Fiction.. Et je reconnais mal dans ce recueil la verve éblouissante, le sens du paradoxe poussé jusqu'à l'alchimie, la mythomanie créatrice, l'humour ravageur qui faisaient de ses conversations un perpétuel feu d'artifice d'idées.. Néanmoins, la notion d'écrivains magiques qu'il développe reste captivante.. Hélas, la magie est une affaire si intime qu'il est difficile de la faire partager.. Philippe Curval,.. Magazine littéraire.. , nº 398, mai 2001.. Gregory Keyes :.. Newton's cannon.. , 1998).. roman de Science-Fiction.. old.. zine.. Alchimie spéculative.. Prenons le cas de J.. Gregory Keyes, dont on vient de publier en français.. Le style de Keyes, si brillant soit-il dans les dialogues, n'a guère d'intérêt sur le plan formel.. La construction laisse à désirer.. L'action s'étire façon.. chewing gum.. sur des pages entières.. Car il use du principe de rétention qui consiste à éluder la révélation chaque fois qu'on croit apprendre quelque chose d'essentiel.. Et pourtant, ce roman offre bien des attraits grâce à la part de magie qui l'habite.. Bergier l'aurait probablement apprécié à cause de son côté.. Agents secrets contre armes secrètes.. On peut parler à son propos d'alchimie spéculative.. Les Démons du Roi-Soleil.. évoquent un dessin animé à la Tex Avery, repensé par Robert-Houdin.. Il phosphore au mercure philosophal.. Louis XIV vient d'avoir soixante-douze ans ; grâce à l'élixir persan,  ...   de la technologie du.. xviii.. siècle réinventée sont irrésistibles.. Je n'hésite pas à citer Newton s'exclamant :.. « C'est l'air qui se décompose.. La.. Lux.. , libérée par le mercure absolu.. L'éther même est mis à nu.. Nous touchons là à l'essence de la matière.. ».. Des personnages secondaires comme Voltaire, un certain d'Artagnan, Halley, etc.. , confèrent au suspense des rebondissements innombrables.. Le plus plaisant, c'est qu'en usant de l'alchimie comme base de sa spéculation, Keyes écrit de la vraie Science-Fiction.. Ce qui est magique.. Richard Matheson :.. la Touche finale.. Collected stories.. , 1989).. tome V de l'intégrale des nouvelles, 2001.. Magique aussi le dernier volume de l'.. intégrale des nouvelles de Richard Matheson.. [ 1 ].. [ 2 ].. , où l'auteur dévoile dans une postface les relations intimes entre sa vie familiale et sa production de fantasmagorie freudienne :.. « Évoluant dans le vase clos de ma petite famille, et considérant perpétuellement le dehors comme menaçant, j'ai trouvé mon refuge à moi dans l'écriture.. Au lieu d'ingurgiter du vin, j'ai écrit des histoires ; et c'est de la fiction que je suis devenu dépendant.. Jacques Sternberg :.. Œuvres choisies.. romans, 2001.. Jacques Sternberg, qui n'a cessé d'exprimer sa répugnance envers l'espèce humaine et la production littéraire en général — qu'il juge innommable à 99,99 % —, vient de découvrir un écrivain génial et attachant : lui-même.. Dans la préface de ses.. , il se livre à un dithyrambe sans concession sur sa vie et ses romans.. Il n'a pas tout à fait tort d'ailleurs, car.. Fin de siècle.. un Jour ouvrable.. sont d'excellents textes.. Bernard Wolfe :.. Limbo.. , 1952).. Enfin, n'oubliez pas d'acheter, même si vous l'avez déjà lu, l'un des chefs-d'œuvre incontestables de la SF,.. de Bernard Wolfe.. De la mutilation considérée comme un art sociologique.. Terrifiante fable d'humour noir.. section Philippe Curval.. l'auteur.. présentation.. Sections.. divers.. 2 avril 2013.. (création : 19 novembre 2005).. org/archives/curval/chroniques/Magazine_litteraire/398-les_Demons_du_Roi-Soleil..

    Original link path: /archives/curval/chroniques/Magazine_litteraire/398-les_Demons_du_Roi-Soleil/
    Open archive

  • Title: ´Fiction´, [1re série], nº 204, décembre 1970 | Bibliographie | Quarante-Deux/exliibris
    Descriptive info: fr/1ff.. France → Paris.. Opta.. Fiction.. , [1.. re.. série], nº 204, décembre 1970.. sous la responsabilité de :.. Alain Dorémieux.. dans l'édition :.. Opta, 1970.. série :.. sous une couverture de :.. Lacroix.. édition :.. France › Paris :.. ›.. [sans collection].. type, date et codification :.. fascicule,.. quatrième trimestre 1970.. , ISBN 978-2-7201-.. non.. -.. codifié.. description matérielle :.. 160 pages, broché, 13×19 cm.. frxliirz8ZR2BJuiAJ95XhIAEoN7Kdoqi.. catalogage non traité.. 31 mai 2013.. (création : 7 février 2013).. org/exliibris/editions/Paris/Opta/Fiction/Fiction_204..

    Original link path: /exliibris/editions/Paris/Opta/Fiction/Fiction_204/
    Open archive

  • Title: ´le Don´ par Christopher Priest | Quarante-Deux/Chroniques de Philippe Curval
    Descriptive info: fr/vj.. le Don.. Christopher Priest :.. the Glamour.. , 1984 1996).. roman de.. De l'étoffe des antihéros.. Manifestement doué pour écrire, Christopher Priest avait malheureusement disparu de notre univers littéraire.. Qu'était-il advenu de lui depuis la parution en 1981 de son dernier ouvrage,.. l'Archipel du rêve.. ? La réponse est peut-être à l'intérieur de ce.. Don.. , fraîchement sorti dans "Ailleurs et demain".. Cadre singulier pour un roman orienté vers l'Aujourd'hui et l'Ici.. Richard Grey se réveille entre les quatre murs de l'hôpital de Middlecombe sans aucun souvenir.. Sa chaise roulante est calée contre un muret de béton dissimulé dans l'herbe.. Il a été grièvement blessé dans un attentat.. « Ce n'est pas ma tasse de thé.. murmure ce personnage en découvrant son.. curriculum vitæ.. proposé par les autorités médicales.. Cameraman célèbre et comblé de prix pour ses reportages au cœur des révolutions, Richard ne se sent pas l'étoffe d'un héros.. Au contraire, il a plutôt tendance à se replier sur lui-même, à s'effacer.. L'homme introverti.. Les souvenirs de son enfance, puis de son âge adulte ressemblent à des.. rushes.. non triés, emmagasinés dans le laboratoire de son esprit avant de passer au montage.. Mais il manque tellement de séquences !.. L'arrivée de Sue va-t-elle lui permettre de reconstituer le véritable film de sa vie ?.. Femme aimée, femme aimante, oubliée puis resurgie tel un guide touristique de sa mémoire, cherche-t-elle à le conduire vers l'issue de son labyrinthe personnel ou bien à le perdre en lui faisant jouer un redoutable colin-maillard avec la réalité ?.. Rien, jusque-là, ne pourrait faire dire à quiconque : il s'agit d'un roman de Science-Fiction.. J'ajouterai : rien ne s'oppose à ce qu'il ressortisse au genre.. Démiurge pervers déconstruisant son univers, Priest s'ingénie en effet à nous faire douter de sa fiction, comme de la sincérité des différents personnages qui l'habitent.. Il s'attaque résolument à la moelle de la spéculation narrative.. Devons-nous plutôt croire  ...   personnalité.. Pesant parfois, envoûtant souvent, toujours surprenant,.. est la quête inquiète d'un individu après l'une de ces phases douloureuses que constitue la maladie.. À travers la fragile aventure de son héros qui cherche à transformer l'essai de sa vie au cœur d'une partie dont les règles lui échappent désormais, Christopher Priest tente de nous communiquer comment l'acceptation du don mystérieux de l'identité transforme nos rapports au monde.. Un livre de SF à mettre sournoisement entre les mains de ceux qui n'en ont jamais lu.. , nº 236, décembre 1986.. Claude Aziza Jacques Goimard :.. Encyclopédie de poche de la Science-Fiction.. guide de lecture et livret pédagogique en deux tomes, 1986 1987.. La SF française a toujours manqué de théoriciens, d'historiens et d'exégètes.. De théoriciens terroristes, ce n'est pas grave, d'historiens d'envergure, c'est plus néfaste, d'exégètes inspirés, c'est franchement navrant.. Aussi me suis-je précipité sur cette encyclopédie où l'assemblage de ces trois disciplines pouvait produire une foisonnante découverte.. Ce n'est qu'un honnête manuel pédagogo-universitaire, en partie une habile compilation des.. Livres d'or.. et de.. l'Année de la Science-Fiction et du Fantastique.. Mettre l'imaginaire en fiches exige plus d'inspiration.. Surtout à destination des instits, des profs et de leurs petits, puis grands mouflets.. Francis Berthelot :.. la Ville au fond de l'œil.. roman de Science-Fiction, 1986.. Polytechnicien sachant cacher son jeu, Francis Berthelot a publié depuis 1980 trois ouvrages périphériques où se cristallisent sans vergogne ses impulsions du moment.. Marginale à souhait, cette.. Ville au fond de l'œil.. est un vaste opéra des symboles chanté par Alexis, un marionnettiste en quête de ses pantins.. D'une voix de haute-contre à faire crisser la réalité, Alexis vocalise en.. rerecording.. , sa voix commentant la sienne.. Il raconte comment naissent les objets du délire entre deux crépuscules, dans cette ville de Krizkern où les sado-masos font la loi du silence pour couvrir les meurtres rituels de fantasmes.. 30 juillet 2013.. (création : 20 mars 2000).. org/archives/curval/chroniques/Magazine_litteraire/236-le_Don..

    Original link path: /archives/curval/chroniques/Magazine_litteraire/236-le_Don/
    Open archive



  •  


    Archived pages: 1235